Bananas, Julian Frost

Souvent, justice lui a été rendu en chanson. Philippe Katerine voulait la déguster "tout nu sur la plage" (La banane), Lio la préférait en dessert (Banana-split), Harry Bellafonte chantait ses délices façon reggae (Banana boat song).
Ce fruit cher au cœur des sportifs n'a été que peu de fois le sujet principal d'un film. C'est maintenant chose faite. Avec son très (trop?) court métrage, l'illustrateur australien Julian Frost explore toutes les facettes du fruit et y dévoile tout son potentiel comique. Le spectre de l'humour "nonsense" de Dupieux n'est pas loin.
A quand le long-métrage ?